16/07/2005

A oublier au plus vite...

Briançon - Digne-Les-Bains (12 ème étape).

Je me souviens de Charly Grosskost sous les couleurs de Bic.
Je me souviens de Stephen Roche sortant du brouillard de la Croix Morand.
Je me souviens de Roger Pingeon dans son maillot à damier noir et blanc.
Je me souviens d'Andy Hampsten le torse à la perpendiculaire du guidon.
Je me souviens d'Eros Poli en tête au sommet du Ventoux.
Je me souviens de Bruyneel sortant comme un diable d'un ravin.
Je me souviens de Merckx et des Faemina vainqueurs à Woluwé-Saint-Pierre.
Je me souviens de Lucien Van Impe, transfiguré par Guimard.
Je me souviens d'avoir rêvé de boire une limonade Kas.
Je me souviens d'un pique-nique où la radio hurlait la défaite de Van Springel.
Je me souviens d'avoir vu le démarrage décisif de Kuiper à Yvoir.
Je me souviens parfaitement du jour où Vanderaerden a gagné Paris-Roubaix.
Je me souviens que le chrono a été inventé pour faire gagner Anquetil.
Je me souviens de l'inégalable légèreté de José-Manuel Fuente.
Je me souviens de la clavicule brisée de Pascal Simon sous son maillot jaune.
Je me souviens d'avoir escaladé le Causse Noir, Les Aravis et le Col d'Allos.
Je me souviens de la fière obstination de Joaquim Agostinho.
Je me souviens du sourire désarmant d'innocence des frères Otxoa.
Je me souviens du regard de braise traqué de Luis Ocana.
Je me souviens de l'accent doucement chantant de Barry Hoban.
Je me souviens de la boucle d'oreille de Gert-Jan Theunisse.
Je me souviens de la selle à appui lombaire de Thierry Marie.
Je me souviens des supporters hollandais dans l'Alpe d'Huez.
Je me souviens de l'inoxydable sagesse de Maurice de Muer.
Je me souviens de la course Roubaix-Huy, aujourd'hui disparue.
Je me souviens des noms ensoleillés de Labourdette et Villemiane.
Je me souviens même d'Italo Zilioli, de Dino Zandegu et d'Harm Ottenbros.
Mais il n'est pas sûr que je me souvienne de l'étape Briançon-Digne de ce Tour 2005.

(Georges Perec et David Moncoutié ne nous en voudront pas d'avoir ainsi quelque peu amoindri leurs talents...)

03:09 Écrit par lucien prudence | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.