12/07/2011

Dents de scie et courte distance vers Carmaux

Cette dixième étape offre une occasion inespérée aux baroudeurs avant les Pyrénées, sur un parcours en dents de scie truffé de petites côtes, dont la dernière est opportunément située à 15 km de l'arrivée.


scie.jpgLe Tour quitte le massif central pour une première étape de transition vers les Pyrénées, courte (158 km) mais accidentée entre Aurillac et Carmaux. Les lendemains de journée de repos sont souvent difficiles à digérer car certains ont les jambes dures, comme on dit dans le milieu. Sur ce parcours où la route ne sera jamais vraiment plane, avec 2 côtes de troisième catégorie et 2 difficultés de quatrième, il faudra aussi compter avec de nombreuses difficultés non répertoriées car les routes du Cantal, du Lot, de l'Aveyron et du Tarn n'offrent que peu de répit. Dans ces conditions, les équipes de sprinters auront du mal à contrôler. Les Garmin de Farrar sont fatigués d'avoir soutenu Hushovd pendant une semaine, les Lotto réduits à six ne voudront pas supporter le poids d'une poursuite, les Lampre de Petacchi sont invisibles jusqu'ici. Les HTC de Cavendish risquent donc de se retrouver bien seuls et même s'ils arrivent à reprendre la traditionnelle échappée matinale, il restera la côte de Mirandol-Bourgnounac, à 15 km de l'arrivée, pour propulser des attaquants. Un scénario qui pourrait donner des idées à un Devenyns, un Leukemans, un Moncoutié ou un Chavanel, si son épaule va mieux.

Lucien Prudence

13:06 Écrit par lucien prudence dans sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sport, cyclisme, tour de france, étape 10 |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.