17/07/2011

Armstrong : "Voeckler peut gagner le Tour"

Thomas Voeckler a préservé son maillot jaune en résistant aux favoris sur les pentes du Plateau de Beille, exactement sept ans après avoir tenu tête à Armstrong, au même endroit. Peut-il nous refaire le coup de Walkowiak en 1956?


288019-1179649-317-238.jpgThomas Voeckler peut-il nous refaire le coup de Roger Walkowiak (photo), vainqueur inattendu d'un Tour complètement fou, en 1956? C'est possible, car dans cette Grande boucle qui manque cruellement d'un patron, le culot et l'absence de complexe de Voeckler pourraient renverser bien des certitudes. L'histoire, en tout cas, est friande de coïncidences. Il y a sept ans, Thomas Voeckler préservait son maillot jaune pour 22 petites secondes sur le grand Lance Armstrong, qui avait écrasé la concurrence au Plateau de Beille. Ce samedi, au même endroit, le leader d'Europcar a résisté avec panache à tous les favoris pour conserver sa place de leader. Mais à la différence de 2004, où l'épatant Alsacien avait défendu son paletot jaune à distance respectable des poids lourds de la course, il a cette fois joué dans la cour des grands, se permettant même de répondre aux accélérations d'Ivan Basso, des frères Schleck ou de Cadel Evans. "J'étais jeune", lâche Voeckler avec un brin de nostalgie quand on lui remontre les images de 2004. Avant d'oser cette comparaison qui en dit long sur ce qu'il pense du niveau de ce Tour 2011: "Avec mes jambes d'aujourd'hui, je n'aurais pas pu suivre les Armstrong et Basso de 2004. J'aurais pris cinq minutes sur l'Armstrong d'alors. Il aurait fait un grand ménage", juge Voeckler, dont l'incroyable résistance et la forme fracassante ont frappé l'imagination du Boss, qui a suivi toute l'étape et la performance du nouveau fiancé de la France devant son téléviseur. "Voeckler a pu suivre les leaders aujourd'hui. Je dois donc dire qu'il peut gagner le Tour de France. Il a deux minutes d'avance, personne n'arrive à le faire tomber", a jugé le septuple vainqueur du Tour via son compte Twitter. Autre avis intéressant, celui de Pierre Rolland, le très efficace lieutenant de Voeckler et la grande révélation de cette Grande Boucle en montagne (Avec Vanendert). "Aux trois kilomètres, je lui ai dit : c’est toi le plus fort, faut que t’attaques ! Il a hoché la tête... Il ne s’en est pas rendu compte, mais les autres avaient plus mal aux jambes que lui !", explique Rolland. Si Voeckler se décide bientôt à écouter l'avis de ses équipiers et d'un ancien vainqueur du Tour, nous ne sommes peut-être pas au bout de nos surprises...

Lucien Prudence



00:26 Écrit par lucien prudence dans sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sport;cyclisme, tour de france, voeckler, armstrong, rolland, walkowiak |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.